BUT DE CE BLOG

 

Ce site reflète le travail de Mémoire entrepris depuis plusieurs années, avec le concours et la gentillesse de plusieurs personnes.

Le Droit de la Propriété Intellectuelle s’applique à ce travail.

Il ne peut, en aucun cas, faire l’objet d’une copie de textes ou d’images, de réutilisation ou publication, sans l’accord préalable de l’auteur et administrateur du site.

Les contrevenants s’exposent aux poursuites réglementant le Droit à la Propriété Intellectuelle.

 

         Je tenais à mettre à l honneur ce commentaire qui m a ete adressé par un inconnu  venu parcourir le blog .Je le remercie vivement pour ce beau message qui reflete le but de ce blog        

         Chuintement

     Rendre HONNEUR à ceux qui sont tombés
     en évoquant leur mémoire 
     doit être pour chacun un devoir
     Du malheur, ils ont fait notre liberté

Posté par ARBY, 12 mars 2011 à 23:04

      

Capture6

          Le but de ce blog que je mettrai à jour au fil du temps est de :

Rendre hommage à tous les combattants qui ont contribués à la gloire du 125éme RI de part leurs sacrifices sous les plis du drapeau et faire revivre les traditions de ce brave régiment Pictave. Vous trouverez les rubriques suivantes:

-l'historique du 125ème 

-Un petit peu de tradition...

-Comme fil conducteur , les batailles auxquelles le régiment a participé en 1914 -1918

-Si le blog vous a satisfait ou ne vous satisfait pas faites le savoir soit en laissant commentaire ou en  me contactant ( le casque en haut a droite..) je répond à tous

            Durant cette période de 52 mois de guerre ,le régiment de Poitiers a écrit ses plus belles pages de gloire, malheureusement, dans le sang de ses combattants et pour la liberté de notre sol. Il leur avait été demandé de tenir. Ils l'ont fait et comment !! ."Gloire à ceux qui sont tombés et à ceux qui en sont revenus" malheureusement pour certains en triste état.

f37e76b7c9cbeafda0cb69223bb962dc

             

       

BRAVES DU 125ème NOUS VOUS EN SOMMES RECONNAISSANTS...

  A LA GLOIRE DES 2653 OFFICIERS SOUS OFFICIERS CAPORAUX ET FANTASSINS MORTS POUR LA FRANCE

  notes_29  auxmorts (cliquez sur le lien)

Poeme du lieutenant Charles Peguy mort pour la france

Heureux ceux qui sont pour la terre charnelle

Mais pourvu que ce fut dans une juste guerre

Heureux ceux qui sont morts pour quatre coins de terre

Heureux ceux qui sont morts d une mort solennelle

Heureux ceux qui sont morts dans les grandes batailles

Couchés sur le sol à la face de Dieu

Heureux ceux qui sont morts dans un dernier haut-lieu

Parmi tout l'appareil des grandes funérailles

Heureux ceux qui sont morts car ils sont retournés

Dans la premiere argile et la premiere terre

Heureux ceux qui sont morts dans une juste guerre

Heureux les épis murs et les blés moissonnés 


                  Je tenais à rendre hommage à monsieur Lazare Ponticelli ,le dernier survivant Francais de la guerre 1914 1918 qui a quitté ce monde pour rejoindre celui de ses camarades tués au combat. Monsieur Ponticelli respects honneur à vous

Num_riser0005

(source terre magazine avril 2008)

125couverture 

                               (collection DMD 86)

 

125ri

 

Un hommage special à notre drapeau tant baffoué ces derniers temps

                            

   Num_riser0006

  Num_riser0007

   

le drapeau

Posté par christian57 à 18:11 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

02 mars 2017

VERDUN MAI 1916 LA COTE 304

   

114264144_o

 

  

104_Verdun   

 

 


      bombardement_cote_304

          Cote 304 Avocourt, du 5 Mai 1916 au 21 Mai 1916, le 125eme RI va entrer dans la fournaise de Verdun.Affecté en compagnie de son règiment frére le 114 ème RI,et èpaulé par le 296 ème RI, le 125 eme aura pour mission de reprendre ,les positions perdues, s y maintenir,de pousser en avant.Position stratègique la cote 304 mouvement de terrain jumeau du Mort Homme sera perdue le 5 mai .Reconquise le 6 reperdue puis reprise le 7...Des aviateurs en observation au dessus de ces positions avaient indiquès à l èpoque que le ciel ètait obscurci jusqu'à 800 metres au dessus du sol. Avec un effectif au dèpart de 66 officiers , 2530 sous officiers et hommes de troupe,il sera relevè le 12 mai ,et aura laissé 699 officiers sous officiers caporaux et fantassins hors de combat (tuès,blessès et disparus)Il se verra,tout comme le 114 éme dècerner une citation à l ordre de l'armée.Bon nombre de ses hommes tuès et enterrès sur place n ont pu etre relevès à l'issue des combats et reposent annonymement dans les ossuaires ou sous cette terre

 cote_304

Situation carte genérale              

64105079

               

      verdun_itineraire

      mont_e_en_ligne_du_125_eme

     

64478195

          Le 5 mai le régiment est embarquè vers 16 heures.Il emprunte l axe Blercourt Dombasle et, s installe dans les bois de Bèthèlainville.A 23 heures l'ordre est donnè  d'aller occuper les positions sud est de la cote 304 au nord du village d'Esnes.Ce village est franchit sous le barrage ennemi au prix de quelques pertes.

      Esne      

  

    esnes

la  situation du 125 eme au sein du dispositif sur la cote 304

a noter les elements du 290 eme RI présents qui n ont pas pu etre relevés et, qui sont demeurés sur place

Mission du régiment donnée par la 152 eme DI

Rétablir une ligne de résistance dans les pentes sud de 304 au nord du ravin de la Hayette en la reliant à sa gauche à Pomerieux et à sa droite avec les éléments tenant le crochet limité par les éléments du groupement Berthelot,puis s'emparer et organiser la crète au Nord est d 'Esnes cote 295, le calvaire la cote 243 ,les ouvrages de camargue et le 114 émeRI et au Nord de Pomerieux le réduit Odent

contrattaque 6-7-8 mai 16

        Le 6 mai l'articulation du règiment est la suivante:

1er bataillon (CB QUILLET):

           Installe une compagnie renforcée de mitrailleuses au reduit "D", une autre à sa droite.Les deux autres sont restées en rèserve au boyau de la Rascasse.

3eme Bataillon(CB BAFFET):

          Dispose 2 compagnies en avant ,dans la tranchèe D'Aix-boyau-des Martigues Ces èlements sont mèlangès avec des unitès des 2.90 eme et 2.68 eme RI qui n ont pas pu etre relevèes et sont tres èprouvèes par les combats et le barrage ennemi qui interdisait tout mouvement.Une compagnie ètait laissèe en rèserve au moulin d'Esnes

2eme bataillon(CB BERTHOIN)

            ètait en entier en position en rèserve au Moulin D'Esnes

Capture

 

           Aucun mouvement,aucune sortie sont possibles.Le règiment s'installe tant bien que mal sur ses positions en ètayant au mieux ses tranchèes qui sont dètruites systèmatiquement par les projectiles de gros calibre en provenance des batteries allemandes de Montfaucon.

cote_304

Capture11

        Des positions du 125ème,les hommes apperçoivent les pentes du mort homme qui subissent le meme matraquage d artillerie.Dans la Soirée le 3eme Bataillon compte plus de 20 morts,80 blessès et 74 disparus.Les hommes sont tellement accablès par les obus et les toxiques employès que des jeunes soldats,fraichement arrivès,cédent au dècouragement.A bout de forces physiques et morales un certain nombre quittent leurs tranchèes et refluent vers l'arriére.Prèvenu,le Lieutenant Colonel OUDRY sort de son pc sans armes, sans les menacer ,leur parle,les rèconforte.Il les raccompagne sur leurs positions.Regonflès par l attitude du chef de corps ces jeunes feront leur devoir  de fort belles maniéres(source :rècit du caporal Malècot rapportèe dans le livre de jacques henri Lefebvre)

         Le 7 Mai Toujours sous le bombardement intensif le Colonel rèorganise son dispositif.A sa gauche le 114 eme RI en liaison avec le 1er bataillon.Le 3eme Bataillon incorpore ses unités laissées en réserve et allonge son dispositif renforcè par deux sections de mitrailleuses.Le 2eme bataillon est toujours en rèserve au Moulin D'Esnes.

    croquis_cote_304

         Vers 16 heures le bombardement s'allonge et, les allemands sortis d on ne sait ou attaquent vers le centre du dipositif encore tenu par les unités du 2.68 et 2.90 RI tres affaiblies.Les gars bien que tres èprouvès ,rèsistent d'une fort belle maniére, meme les blessès font le coup de feu avec leurs camarades.Sous l'avancèe allemande le 3 ème Bataillon est pris à revers et dèplore des prisonniers concéde du terrain. son chef,le CB BAFFET est blessè. 2 commandants d'unitè seront tuès ce qui accroit encore la confusion.Les 1 ere et 4 eme Compagnies se dètachent de leurs positions et viennent prèter main forte au 3eme Bataillon.Les allemands ètaient arrivés à 200 metres du pc du chef de corps qui,s'apperçevant de la situation,rassemble ses èquipes de pionniers,ses tèlèphonistes ,ses agents de liaisons et, organise lui meme ,les armes à la main la contre attaque, galvanisant ses hommes. Prévenu par un agent de liaison dépéché par le chef de corps le 2 ème Bataillon opére une contre attaque sur les èlèments infiltrès et qui,dèjà, avaient commencès à organiser le terrain.Ces manoeuvres hardies dègagent le troisiéme bataillon et rétablissent la liaison entre toutes les unitès.Vers 18 heures la 5 ème compagnie parvient meme à gagner une partie du terrain perdue  sur 60 metres...environ 

    croquis_cote_304

 

          Les hommes amènagent les positions conquises.

      cote_304

      Aux alentours de 19 heures, au prix d un effort supreme les 3eme et 2 eme Bataillon encerclent les allemands qui s'ètaient infiltrès .Des mitrailleuses sont rècupèrèes ainsi que 3 officiers et plus de 100 hommes de troupe fait prisonniers appartenants à trois règiments d'infanterie allemande les 45ème 49ème et 140ème.Ne pouvant etre relevèes les unitès s'enterrent sur place.

     cote_304_1

         Le 8 mai au matin les allemands tentent une contre attaque voulant reprendre les positions perdue.Le règiment ne lache rien et, sous les feux combinès des mitrailleuses et fusils,l ennemi èchoue dans sa tentative de reprise des positions.Le bombardement reprend de plus belle brisant la liaison avec le 114 éme.La 3eme compagnie a rètablie la liaison.S ètant rappochès au plus prés du barrage,les allemands tentent un instant de couper cette liaison.Ils sont chassès à coups de grenades et poursuivis au corps à corps ils refluent dans leurs positions laissants sur le terrain de nombreux cadavres et des blessès qui seront fait prisonniers.La nuit se passe sous d'èpouvantables bombardements.Certains hommes sont enterrès vivants sans qu'il soit possible de les secourir.Le capitaine Gillot est tuè en organisant ses hommes afin de secourir des gars de sa 7ème compagnie ensevelis.

          les 2 emes et 3 eme Cies seront citées a l ordre du IX eme CA

Capturesources ad86http://www.archives-vienne.cg86.fr/style/inverse/644-la-presse-locale.htm

la 12 eme compagnie sera également citée à l'ordre du IX eme CA

(merci a mr Radureau de m avoir confié cette citation)

Citation 12 Compagnie RET

 

le Commandant Baffet et le Cne kieffer ont eté cités malheureusement a titre posthume pour le cne KIEFFER qui, avait été aux cotés du Colonel DEVUNS tué en Artois le 9 mai 1915...Le Capitaine Kieffer sera elevé au grade de chevalier dans l ordre de la légion d honneur à titre posthume

kieffer cne verdun

Capture2

          Le 9 mai,l'ennemi concentre ses feux sur le ravin de la Hayette sèparant Esnes du Mort Homme et de la cote 304.Les allemands voulaient isoler cette cote 304 par le sud et l attaquer par le Nord.Suite à ces bombardements ,les ravitaillements en eau,vivres et munitions ètait plus que perturbè .Les tranchèes ètaient sans cesse boulversèes.Les hommes ètaient assoifès et le seuil des munitions ètait critique.Dans la nuit, des munitions arriverent ainsi qu'un peu de ravitaillement.

positions cote 304

 

Capture1

Attaque du 10 mai

    carte_cote_304 

         Le 10 mai,vers 3 heures trente du matin, les allemands,abordent les positions du 125ème RI par les positions du 3ème bataillon.Aprés de furieux corps à corps et èchanges de grenades,le règiment au matin,reste maitre de ses positions en rècupèrant meme du terrain sur les positions ennemies.Le reste de la journèe,ainsi que celle du 11 mai se passe sous d'incessants bombardements.L'infanterie allemande ne se manifestait pas sur les positions du 125ème

         Le 12 mai, le 125ème est relevè par un bataillon du 2.96 RI et des èlements de la 45ème DI(le 3ème mixte de Zouaves).Les 1èr et 3ème bataillons les deux compagnies de mitrailleuses vont bivouaquer au bois de Saint Pierre à l'ouest de Blercourt.Le 2ème bataillon ne rejoindra le règiment que tard dans la soirèe sous les bombardements lui tuant 4 hommes en blessant 12 autres.Ce bataillon rejoindra les bois de saint Pierre avec le restant du 125 ème. Un incident fort regretable se produisit.Pendant la releve les unitès du 125ème ètaient survolèes par des avions.Quand il furent arrivès à hauteur du chateau D'Esnes l artillerie allemande les y acceuillait causant quelques pertes mais,le chateau fut partiellement dètruit et de nombreux blessès furent tuès

          le 13 mai le règiment se rend à Ville sur Cousance jusqu'au 18 mai ou il est alertè.Les 1èr et 2ème Bataillon renforcès par  les 2 CM se rendent à l'ouvrage Favry

     Favry

(source www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr)

et aux bois de Bèthèlainville.Le 19 mai le 3ème Bataillon est lui aussi envoyè aux bois de Bèthèlainville.Le 21 mai le règiment laisse ses positions au 6ème RI de Saintes.Il part au repos à Saint Dizier jusqu'au 25 mai. 

08 05 2011

            En face des 125ème et 114ème RI, il y avait la 4ème Division d'Infanterie renforcée par le 1 RI allemand du VI ème Corps de réserve. Ces unités ont tout d abord reconnu les positions françaises et, malgré les tirs de barrage, ont attaqués. Refoulés, ils ont repris leurs attaques faisant même des prisonniers à nos deux régiments. Certains de leurs éléments ont été isolés et capturés. Le VI ème Corps allemand ne tenait plus qu’un front de 700 mètres avec les 11ème et 12ème Divisions de réserve bavaroise. Il sera renforcé des 38ème et 54ème Divisions de réserve. A sa relève, la 11ème Division ne comptait plus qu'un effectif de 7 Compagnies. Cet acharnement montrait la valeur de ces positions stratégiques et, l'ampleur des moyens mis en place par les allemands.

(Source, Général Colin la cote 304, Edt Payot).

            Suite à ces exploits nos deux régiments ont étés cité à l'Ordre de l'Armée, le drapeau du 125ème s enrichit alors d'une Croix de guerre avec une palme venant compléter les deux citations de 1915.

            Voici le texte de la citation du 125ème RI.

« Le 125ème RI, qui le 7Mai 1916, sous le commandement du Lieutenant Colonel Oudry, après avoir supporté un bombardement d'une violence inouïe, a, rejeté par une violente contre attaque, l’attaque d'un ennemi en nombre, lui faisant plus de cent prisonniers.»

 

1

Au cours du repos des unités du IX eme Ca l aumonier R Morçay rendait

un vibrant hommage aux régiments dont le 125 eme RI

christian3

christian4

christian5

christian6

christian7

christian7

christian8

christian9

christian10

christian11

       Le 7 Mai 1915 tombait à la Cote 304, à proximité du réduit "D", le sergent Babouard

            Num_riser0001

   

Pierre Babouard était né le 30 Juin 1892 à Loudun (86). Séminariste depuis le 6 Novembre 1905, élève au Collège Saint-Joseph de Poitiers jusqu'en 1909, où il intègre la communauté d'Issy. Incorporé le 1er Octobre 1913 au 125ème RI, il poursuit son instruction et notamment le peloton des Caporaux. Il participe à toutes les campagnes du 125ème au sein de la 7ème Compagnie comme infirmier. Blessé en Belgique le 10 Novembre 1914, il refuse son évacuation. Il est nommé Sergent, employé comme chef de demie section et sera blessé encore deux fois de suite. De part son attitude exemplaire,le sergent Pierre Babouard a été cité une première fois le 6 Mai 1915 à l'Ordre du Régiment en ces termes

"Trois fois blessé depuis le début de la campagne, s'est toujours distingué par son courage, son dévouement et son énergie, s'est fait remarquer dernièrement au moment de l'explosion d'une mine ennemie dans sa tranchée".

            Le 11 Mai en sortant de sa position, il entraînait ses hommes à l'assaut, il est de nouveau blessé assez gravement au dos par l’explosion d'un schrapnell. Il refusa son évacuation préférant accompagner ses hommes. Sa blessure se compliquant, il sera évacué. Il sera de nouveau cité, cette fois au niveau de la Division en ces termes :

"         image002  

             Après sa convalescence, Pierre reste au dépôt du 125ème, à la caserne Sainte-Catherine en Août 1915. Il est affecté à l'instruction des jeunes recrues tout en continuant son oeuvre de séminariste.

            En Février 1916, il est cité par le Général Curé, commandant le IX ème CA en ces termes :

"Pierre Babouard, sergent au 125ème RI, 7èmeCompagnie, très brave sous officier plein d’entrain, et de dévouement, grièvement blessé le 11 Mai 1915 en se portant à l assaut des tranchées ennemies en tête de sa section, s'était précédemment distingué dans plusieurs circonstances par sa belle attitude au feu".

            Il rejoint le 125ème qui était au repos à Berck-sur-Mer, au sein de la 2ème Compagnie de Mitrailleuses.

            Le 1er Avril, il gagne avec son régiment les alentours de Verdun. Le 7 Mai, il gagne l'enfer de Verdun, la cote 304.

            Il se trouvait en soutien du 1er Bataillon dans des abris encore épargnés des coups au réduit"D". Suite à une attaque soudaine de l'ennemi, il dispose avec calme et sens tactique ses pièces face à l'avancée ennemie, distribue ses ordres de tir. Une de ses pièces s'est alors enrayée, il la rejoint et occupé à régler l'incident de tir, il fut atteint d une balle au front qui lui sortait par la nuque foudroyé sur le coup, probablement tirée par un tireur embusqué qui fut repéré par ses hommes, et taillé en pièces par des grenades. Malheureusement au moment de ramener son corps le bombardement reprit de plus belle et son corps ne fut pas ramené vers l arrière. Dans cet endroit bouleversé, son corps ne fut jamais retrouvé. Le sergent Pierre Babouard était tombé en effectuant son devoir, il était aimé et apprécié de ses hommes et de ses chefs, il laissa un grand vide dans son entourage 

      Num_riser0002    

(source "une ame de seminariste et de soldat) (Merci à Jerome Charraud http://indre1418.canalblog.com/ )

         Un petit supplément sur la biographie de cet homme...grace au souvenir Français de Loudun

http://sfloudun.free.fr/Individus/B/BABOUARD%20Pierre.htm

l heure est aux recompenses voici ce qu en dit la presse

 

Capture3

 

7

 

aux troupes de verdun

        Quelques jours plus tard...

les poitevins au combat1

les poitevins au combats 2

      suite à ces pages de gloire le Chef de corps avait fait demander à la municipalité de Poitiers ceci:

page de gloire 1

page de gloire 2

 voici la réponse de la municipalité

page de gloire3

le chef de corps aprés la réponse  recue..

lettre col oudry

sources:http://www.archives-vienne.cg86.fr

mitrailleurs

 

P1360467 (Copier)

      

Stele commemorative sur la cote 304

AUX SOLDATS DE VERDUN

                 poemeverdun

 medaille commemorative de cette bataille  

  

   

medaille de verdun

source France Medaille

 Créée par la ville de verdun le 20 11 1916,cette médaille n est pas officielle ,mais elle est l insigne des soldats de Verdun.Eux seuls ont droit a cette médaille.Elle est attribuée sur demande aux soldats Francais et Alliés ayant combattus dans le secteur de Verdun entre juillet 1914 et le 11 novembre 1918.Les noms des soldats de Verdun sont inscrits sur le registre placé dans la crypte du monument  de la victoire et sur les livres d'or du musée de la guerre de la ville de Verdun

 

 

 

Posté par christian57 à 18:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]