16 janv. 2018

L 'offensive allemande de 1918 GRIVESNES-MERY

       

   Num_riser0007

      Le 125ème régiment d'infanterie incorporé au sein de l 'armée DEBENEY se voit confier le secteur de GRIVESNES. Il obtiendra au cours des combats du 9 mai 1918, sa deuxième citation à l'ordre de l'armée et le port de la fourragère aux couleurs de la croix de guerre.

Capture3

             91_La_Belle_Defense_du_Chateau_de_Grivesnes

 

     Le régiment embarque à Ainvoux près de Blainville, et prend les cantonnements d'alerte aux abords de Maingelay où il est placé en réserve.

maingnelay

Finalement,le 125ème se voit attribuer le secteur de GRIVESNES où plusieurs unités se sont couvertes de gloire.

Illustration_20__20Grivesnes_20002

 

grivesnes eglise

 

Le 2ème Bataillon relevait le 25ème BCP le 15 avril. Bien que le chateau soit en notre possession, le parc lui, était bel et bien aux mains des allemands. La mission du 125ème était de reprendre cette position et de reporter la ligne, au dela des limites du parc de façons à avoir des vues, sur le village en ruine de Malpart, et sur le plateau de Bouillancourt.

Capture

positions du 125éme avant l attaque

Num_riser0008

Num_riser0006

(source jmo du 125émeRI MDH SHD SGA)

    L'attaque fut fixée au 9 Mai. Après une préparation d'artillerie par obus de gros calibre, les hommes du 2eme Bataillon s'élancèrent sans attendre la fin du barrage. Bravant les éclats de notre propre artillerie et soutenu par les 1èr et 3ème bataillons, les anciens de l'Yser et de la Côte 304, entrainaient les jeunes de la classe 18 dont c'était le baptème du feu. Baionnettes au canons, les lignes allemandes étaient en notre possession et 20 minutes plus tard, les deux autres bataillons avaient coiffés les deuxième et troisième lignes, dépassant ainsi l'objectif fixé. Cette attaque avait malgré les pertes inévitables(la perte entre autre du chef du 3éme Bataillon le CBT Brivot tué a la tete de son bataillon), rapportée au 125ème un beau bilan : environ 300 prisonniers des 253éme et 254 éme IR des mitrailleuses et 7 minenwerfers capturés.

Grivenes prisonniers_p (Copier)

Malgré ce succés incontestable, le régiment s'organisait afin de parer à la contre attaque que les allemands ne manqueraient pas de développer. Stoïquement sous les tirs et sous les directives des commandants de compagnies et chefs de sections, les poilus manient pelles et pioches amménageants les positions afin de recevoir l'ennemi. Le lendemain, l'ennemi par trois fois, tente de reprendre ses positions. Ses colonnes qui tentaient de s'infiltrer par les couverts du bois de Bouillancourt et des ruines de Malpart étaient prises d'enfilade, par les tirs croisés des mitrailleuses et des fusils, laissant devant le front du régiment, de nombreux morts et blessés. les 253éme et 254éme IR furent anéantis

Num_riser

les cadavres allemands dans le parc attestent de l'apreté de la bataille qui s 'est déroulée pour la reconquéte de cet espace

image008

Num_riser0007(extrait JMO125éme MDH SGA)

Cette action à GRIVESNES valut au 125ème RI sa deuxième citation à l'ordre de l'armée, venant s'ajouter à celle de la Côte 304 et aux deux autres obtenues en Belgique. Cette citation accordait au 125éme Régiment d'infanterie le droit de porter la fourragére aux couleurs de la croix de guerre 14/18

           Num_riser0001

  Voici le texte de la citation obtenue par le 125ème RI, aux combats de GRIVESNES

       " le 125ème Régiment d'infanterie, sous les ordres du Lieutenant Colonel MAUREL,a le 9 mai 1918,attaqué après une courte et violente préparation d'artillerie une position fortement tenue et trés solidement organisée s'est élancée à l'assaut, avec une ardeur telle, que les organisations ennemies furent débordées, et les mitrailleuses capturées avant d'avoir pu entrer en action. A atteint en 20 minutes tous ses objectifs qui lui avaient été assignés les a organisés immédiatement et les a conservés malgré trois contre attaques. A capturé au cours de cette affaire 290 prisonniers, dont 5 officiers, 25 mitrailleuses, 7 minenwerfers et un important matériel."

                Le Général DEBENEY COMMANDANT LA PREMIERE ARMEE

    L hommage des vivants aux morts..

 

grisvesnes

(collection perso)

monument 125 eme 325eme Grivesnes

 suite a un  message deposé sur mon blog une aimable personne m a fait CADEAU de ces deux photos

le chateau de Grivesnes et de cette plaque qui sera inaugurée le 11 novembre 2016

je vous remercie Vivement Jacques

plaque 125 grivesnes (2)

plaque 125 grivesnes (1)

 

 Les combats pour Mery

mery

          Après une période de repos de quelques semaines, le 125ème se trouvait engagé fin juin, dans une contre attaque.

Placé sous les ordres du Général Mangin

          MANGIN

         

Capture

Capture (Copier)

( extraitjmo125éme SGA SHD MDH)

    les positions de départ du 125éme RI étaient situées dans le bois de montgerain.Le régiment était placé en soutien du 114émeRI.Le 11 juin le  régiment avait pour objectif les lisieres nord et est de Cuvilly et les hauteurs comprises entre Cuvilly et le grand bois.Précédant le barrage et le 114éme, le 125éme s élance.I occupe le parc du chateau de Sechelle.

chateau de sechelle cuvilly

Le 114 éme arréte sa progression et passe en soutien les 1ér et 3éme bataillons entament la progression .Le 2éme est placé en soutien.L ennemi réplique au barrage d artillerie par de violents tirs freinant ainsi les unités encadrant le 125éme.Le village de Méry est abordé par son nord par les 2éme et 3éme bataillons , le 1ér ,lui, est passé par le sud en attaquant les positions ennemies s'établissant au sud de la route Méry-Resson d une part et dans les tranchées Durand et sur la cote 134.Contre-attaqué le bataillon est appuyé par le 2éme.Le colonel recoit l ordre de défendre le village de Méry.cette mission échoit au 3éme bataillon et aux unités du génie.Le 125éme restera sur ses positions jusqu'au 13 juin.La 2éme compagnie fera partie d'une attaque prononcée par le 114 éme sur le bois Merlier.Cette compagnie fera 50 prisonniers dont un chef de bataillon 10 mitrailleuses et 5 minenwerfers.La réaction ennemie ne se fait pas attendre.Méry est bombardé ainsi que les issues du village et les positions tenues notamment par le régiment.Le régiment sera relevé le 14 juin et se regroupera dans le bois de Montgerain et, gagnera les cantonnements de Breteuil et de Rouvroy les Merles .

rouvroy les merles

breteuil gare

Il y sera recomplété de 8 officiers 21 sous officiers et 525 caporaux et fantassins.De plus pendant cette période ,le drapeau du 125éme recevra la fouragére  aux couleurs de la croix de guerre consécutivement a sa deuxieme citation obtenue aux combats de Grivesnes .Le 1ér Bataillon sera cité àl ordre du 9émeCA suite à ses exploits de Méry

Au cours de ces deux jours de combats le125éme enregistrera la perte de:68 morts,330 blessés ,6 disparus

Num_riser0002

Num_riser0009

les vivants se souviennent....

qmery_

 

Num_riser0001

Nos morts pour Mery

 

Ltn Beau

Bauchet

Bardon georges

Beneteau jean

Bertaud jean

Bideaux desiré

Bonneau gaston

Bouchet celestin

Bouchet jean

Brault daniel

Brosseau ernest

Buisson leonard

Chagniau jean

Debrée marcel

Dabas andre

Delaporte alfred

Detourmignies clot.

Dicharry eugene

Asp Dinard auguste

Dubigeon marcel

Dupont joseph

Feuille albéric

Gaudriault andré

Geshin marcel

Gouffier alfred

Grosbetz jules

Gueret auguste

Sltn Idoux paul

Jardon louis

Jarry paul

Jouannet marcel

Larrieu gaston

Leblond marcel

Leca francois

Lemaire louis

Lepillier louis

Cal Leymergie jean

Luciani jean baptiste

Asp Marais victor

Marboeuf paul

Sgt Marechal louis

Menier marcel

Mercier jean

Michel louis

Cal Moreau marcel

Cal Moreau olivier

Ordonneau louis

Cal Perchenet philo.

Raynaud pierre

Rebuffel leopold

Sainton georges

Simon ernest

Souchaud rené

Suire georges

Cal Thiollet gerard

Cal Trouve henri

Cal Vincent marcel

 

 

 

 

 

Posté par christian57 à 21:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 janv. 2018

1917 offensive de L'Aisne.Le Grand Couronné,la Foret de Parroy

  L'AISNE 1917 la LORRAINE -la FORET DE PARROY-le GRAND COURONNE

    Le 125ème régiment d'infanterie traversera une période mouvementée, à compter de mars 1917, jusqu'en janvier 1918. De manoeuvres préparatoires au camp de mailly, à l'offensive de 1917, aux secteurs de COURCY-LOIVRE,les combats de SAPIGNEUL, de la côte 108, aux terres de LORRAINE, theatre de ses premiers combats, le 125ème s'illustrera et montrera comme à son habitude, tenacité et abnégation, devant la furia ennemie, et laissera, là aussi, de nombreux combattants.Il passera tour a tour sous le comandement du General Niessel jusqu au 22 08 1917 du General Hirschauer jusqu au 11 decembre 1917

general hirshauer

 general Niessel

hirschauer

pour passer sous les ordres du général Mangin jusqu en juin 1918

general mangin

( collection perso)

      Le 3 mars le 125ème quitte Sainte Ménéhould, pour le camp de toile de Mailly où par étapes successives, il arrivera le 6 mars. Le régiment traversera les anciens champs de bataille de 1914, où bons nombres de villages portent encore les traces des destructions, opérées par les allemands.

Num_riser0007

A compter du 8 mars, le 125ème effectuera une série de manoeuvres, sous la neige et le froid. Il sera inspecté tour à tour par le Général FRAISSE commandant la 152ème division d'infanterie (Le Général FRAISSE était communément appelé par les poilus "le pére FRAISSE") et le Général NIESSEL, commandant le 9ème corps d'armée. La mission du 125ème, sera d'assurer en compagnie d'autres unités la poursuite de l'ennemi, suite à l'offensive de printemps. Le 20 mars, le régiment est scindé en deux parties,le 1° Bataillon sera dirigé vers Baconnes, pour y effectuer des travaux d'amménagements. Les 2°et3°Bataillon resteront en compagnie du 114ème au camp où ils poursuiveront les manoeuvres, et fourniront des personnels pour assurer des taches communes, à la vie en camp. Le 21 mars le 125ème quittera le camp de mailly, afin de rejoindre les secteurs de Chalons et de Vitry Le FRANCOIS, sous une météo froide et humide. Le régiment sera mis dans ces conditions en attente.

                        Une partie de ses effectifs sera mis en permissions. A leur retour, les soldats décriront à leurs cammarades le mauvais état d'esprit qui règne à l'arrière, et surtout l'incompréhension à leur égard, et à la démobilisation des populations vis à vis du conflit. Tous ont pu constater le manque de rigueur et de réserve face à la guerre etl'insouciance des Francais de l' arrière. Un événement viendra illuminer tout de même la situation : le retour du pére DE CHALAIN, aumonnier du 125éme, bléssé grièvement à Tahure

Note concernant le pere De Chalain:

Né le 07/10/1881 il est mobilisé au 125 eme RI comme brancardier,il a été blessé 2 fois à la cote 304 les 7 et 8 mai 1916 et le 7aout 1916 griévement à la butte de TahureIl a participé aux affaires de Loos, Neuville Saint Waast de mai et septembre 1915, Wailly, Loos de octobre a janvier 1916.Il sert a Verdun a la cote 304 puis Tahure en aout 16 ou il sera griévement blessé.Réaffecté au 125 qu il rejoindra au cours d avril 1917, il participera a toutes les activités du régiment.Cité 3 fois il est titulaire de la médaille militaire le 18 09 1916  et de la médaille militaire Anglaise.Titulaire de la légion d honneur Il est décédé le 20 avril 1957 à Nantes

Capture

(source livre d or du clergé et congrégations) merci à Stephan Agosto http://74eri.canalblog.com

merci à Bernard Sonneck http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418

Le Père De Chalain était une personne populaire et trés appréciée de ses supérieurs et des soldats du régiment

ceci en dit long sur l etat d esprit

Capture

               Après une série d'ordres et de contres ordres, le régiment effectuera des marches contraignantes, autour de Chalons sur Marne. Ces marches ont pour but, d'aprés le haut commandement, de tromper la vigilance de l ennemi, afin de masquer la direction de la prochaine offensive. Ces différentes opérations éprouvantes n'ont fait que de démoraliser les poilus .Le 30, le régiment bivouaque au complet dans la région de Coligny

et sera enlevé en camions pour Epernay et Verzy. Il effetuera des travaux de défense, de reconstitutions de routes et aidera à la construction de voies de chemin de fer, et ce, jusqu'au 11 avril où il gagne le secteur de la Ville aux Bois, et aux champignonnières D'Hermonville. Tous ont dans les oreilles le bruit et l'écho de la bataille du Chemin des Dames. Le régiment sera employé dans des taches annexes, dans les secteurs de Courcy et Loivres, en vue d'une attaque sur la Verrerie, qui sera finalement annulée. Le 28 et 29 avril le régiment participera à l'attaque du canal de la marne, afin d'occuper le secteur, en vue de la prise du massif de Brimont. Cette attaque sera arretée.

courcy

(source extrait JMO 125émeRI SHD MDH)

Num_riser0002

Num_riser0003

autour_de_brimont

Le 125ème se sera tout de même distingué, dans ces opérations où les 1°et3° Bataillons, feront presque 100 prisonniers et auront récupérés des mitailleuses, et pour cela, seront cités à l'ordre du 9ème corps. Ces deux unités ont tout de même perdues 107 combattants : 44 tués, 61 bléssés et 2 disparus. Le 125ème sera mis en réserve du côté de Reims où tous auront la vue sur la ville martyrisée.

Num_riser0009

Le 19 mai, le régiment sera relevé, et envoyé au repos dans le secteur D'Epernay. Le 2 juin le 125ème occupe les secteurs de Sapigneul, et de la côte 108 à gauche de Loivre

Capture

  le tout sous la menace des mines que les allemands creusaient et, sous les bombardements similaires à ceux de Verdun. Sur la gauche du régiment on pouvait entendre les echos de la terrible bataille du secteur du plateau de Californie.

le 30  juin 1917 le 125émeRI presentait alors cet ordre de bataille

encadrement juin 17 1

encadrement2

Le 20 juillet un bombardement terrible s'abat sur les premiéres lignes du régiment. Vers 16 heures le bombardement s'intensifie, tout vole en éclat,les tranchées sont boulversées, les armes sont détruites, 22 combattants sont ensevelis sans que l'on puisse les secourir. Vers 20 heures, le tir s'allongea, pour cesser aux alentours de 21 heures. Le régiment était malgré tout, en alerte, le chef de corps croyant à un coup de main sur son secteur. A la tombée de la nuit, l'ennemi, à la faveur du bombardement avait cisaillé les fils de fers et s'était approché au crépuscule devant les lignes du 1er Bataillon. Vigilants, les gars de la 3ème compagnie, déclenchèrent un barrage de grenades, la 1ère compagnie de mitrailleuse judiscieusement placée, ouvrit un feu meurtrier, sur les fractions ennemies infiltrées qui, prises en enfilade, durent rompre le combat et se retirer en laissant, plus d'une centaine de morts devant le front du bataillon.

Santini1_1_

           Cependant l'ennemi n'était pas inactif, et des éléments s'étaient infiltrés dans les tranchées de la 9ème compagnie, où il utilisa des liquides enflammés. Quelques heures après les portions de tranchées étaient reconquises, les allemands laissèrent une trentaine de cadavres, et 12 prisonniers, dont un officier. Cette affaire avait couté aux 9ème et 11ème compagnies, 17 tués, 43 bléssés. Le 30 juillet le 125ème était relevé et partait au repos dans le secteur d'Epernay.

La foret de Parroy, le grand couronné de Nancy

     Le 6 aout le 125ème RI, debarquait à Bayon, en terre Lorraine, théatre de ses premiers combats. Il prit les secteurs de:

Vého

veho

Reillon

reillon

 

Emberménil

embermenil

la foret de Goutteleine. 

Pendant 4 mois le 125éme était transformé en sentinelle inviolable.

 

vent

(don de Stephan Agosto le 74émeRI..)

 

Parroy_soupe_par__10_

     Malgré le calme du secteur, le régiment n'était pas au repos. En effet, afin de ne pas laisser l' ennemi tranquille, il s'était créé par bataillons, des groupes francs, qui avaient pour mission de tenter des coups de mains . Perrilleuses aventures au début mais, devant le succès et les résultats, bons nombres de poilus, se portaient volontaires, tous avaient à coeur, de capturer des prisonniers. Les allemands tentèrent à plusieurs reprises des actions sur nos postes, mais devant la vigilance de tous ,ils ne purent même pas aborder nos lignes, et laissèrent à chaque fois des cadavres sur le terrain. Au début du mois de janvier, le régiment quittait ses positions pour se porter par étapes vers le secteur du grand Couronné de Nancy. Pendant 2mois, le 125ème sera transformé en une unité de territoriaux, en consolidant les défenses,et en aménageant les routes, pour favoriser le passage de l'artillerie lourde. C'est au cours de ces travaux que le 125ème fut mis en alerte suite à l'offensive allemande.

   Parroy_en_ruines

      

(restes de tranchées dans la foret de Parroy)

Num_riser

 

Parroy

Posté par christian57 à 09:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]